Définition du mot

iel

Qu’est-ce que le pronom iel ?

Iel est un pronom neutre inclusif de la troisième personne, issu d’une grammaire dite inclusive. Il s’utilise en français à la place de il ou de elle, soit pour désigner une personne dont on ne connaît pas le genre, soit pour désigner une personne non binaire (qui ne se considère ni comme un homme, ni comme une femme). Exemple : iel a réussi à me convaincre. On peut aussi employer ce pronom à la place de lui ou de elle. Par exemple : on verra ça avec iel.

Même si ce pronom existe depuis le tout début des années 2010, il semble que ce soit en 2013 qu’il a commencé à se diffuser. Il a été de plus en plus employé à partir de l’année suivante.

Les variantes de iel

Le pronom iel a été formé en mélangeant il et elle. Pour cette raison, certaines personnes non binaires le refusent et utilisent d’autres pronoms. Il en existe beaucoup : ul, ulle, ol, olle, ael, aelle, ille, im comme sujets, et pour remplacer lui, elle on a ellui et soi au singulier et elleux et euxes (prononcé « euz ») au pluriel.

Il est difficile à l’heure actuelle de dire si, parmi tous ces pronoms inclusifs, l’un va s’imposer. Pour l’instant, iel reste le pronom le plus courant. Il peut également s’orthographier yel ou ielle, même si c’est plus rare. La forme du pluriel est iels avec un s et s’emploie de la même façon que la forme du singulier. De plus, le iels pluriel peut aussi être utilisé en langage inclusif pour désigner un groupe d’hommes et de femmes.

Le choix du pronom appartient à la personne désignée. Concrètement, c’est la personne non binaire, ne souhaitant pas être désignée par il ou par elle, qui demande à son entourage de recourir au pronom iel (ou à un autre pronom neutre) pour la désigner. Un pronom neutre est donc revendiqué par la personne qu’il désigne, mais ce choix n’est pas toujours respecté par l’entourage ou par la société, car la notion de non-binarité n’est pas admise par tous.

Comment accorder avec iel ?

Il existe deux façons d’accorder avec iel : le neutre grammatical et l’inclusif. La différence entre les deux est subtile et n’est pas appliquée par tout le monde. Le neutre grammatical se pose comme un troisième genre, ni masculin, ni féminin. En français, il se traduit notamment par l’utilisation d’adjectifs épicènes (qui ont la même forme à tous les genres) : iel est aimable, où aimable permet de ne pas devoir utiliser gentil ou gentille, par exemple.

Le langage inclusif est plutôt un langage qui englobe tous les genres. Il est de plus en plus répandu à l’écrit. Les adjectifs prennent à la fois la forme du masculin et celle du féminin. Actuellement, il existe plusieurs conventions différentes pour l’écriture inclusive : utilisation de parenthèses, iel est gentil(le), du point médian (ou à défaut, du point ou du tiret), iel est curieux·euse, iels sont tou-te-s venu-e-s, de la majuscule, iels sont intelligentEs, de la concaténation des deux formes, les directeurices de l’agence, les acteurs/actrices du film.

L’écriture inclusive est critiquée pour diverses raisons : à cause de cette hétérogénéité des usages, ou bien du fait que la forme du féminin est tronquée, ou encore parce que c’est difficile à oraliser, parce que c’est difficile à lire, parce que c’est sous-tendu par une idéologie qui ne fait pas l’unanimité.

Voir également

Définition du mot dénouement

Définition du mot EHPAD

Définition du mot GAFAM

Définition du mot impérieux

Définition du mot réserver

Définition du mot youtubeur

Découvrez Orthodidacte

Reprenez confiance en vos écrits avec Orthodidacte ! Spécialiste de la langue française, Orthodidacte conçoit des outils pour améliorer sa maîtrise des écrits en langue française, notamment dans un cadre professionnel.

Découvrez toutes nos offres sur www.orthodidacte.com !

Découvrir Orthodidacte